3 ans d’ApiSchool

Api School n’est pas l’installation d’une ruche dans une école. C’est un projet engagé sur la durée pour accueillir et préserver les pollinisateurs dans leur diversité, en particulier les abeilles sociales et solitaires.

Un exemple concret : L’Ecole Jean-Marie Pelt à Rodemack

L’école élémentaire Jean-Marie Pelt de Rodemack est la première école labellisée Api School en Moselle. Le projet a été développé sur 3 ans et les 5 classes élémentaires y ont participé.

Année 1 : Les abeilles sociales (2016/2017)

L’année a été consacrée à la découverte des abeilles de la ruche et des bourdons sous l’angle de la pollinisation. Chaque classe a bénéficié d’un tronc commun de connaissances puis d’une mission spécifique (remplacement d’une haie de thuyas par une haie fleurie, installation et plantations dans trois bacs de plantes mellifères). L’année s’est clôturée par une sortie sur le terrain et la visite chez un apiculteur.

 

Année 2 : Les abeilles solitaires (2017/2018)

Pour cette deuxième année, l’association a obtenu un soutien financier de la Région Grand Est dans le cadre de l’appel à projets Jeunes Publics.

Création du jardin Apischool dédié à la découverte des abeilles solitaires.

Près d’un millier d’espèces d’abeilles butine sur nos territoires (le double par rapport aux espèces d’oiseaux). A l’exception de  l’abeille à miel et des bourdons, quasiment toutes présentent des moeurs solitaires. Pas de ruche, pas de reine, pas d’ouvrières. Pour L’année scolaire 2017/2018, c’est sur ce sujet qu’ont travaillé toutes les classes de l’école.

Chaque classe a choisi une mascotte : l’Osmie cornue, la Collète lapin, le Xylocope, la Mégachile coupeuse de feuilles, l’Anthidie cotonnière réalisée par Charly en bois et fer, un bénévole de l’association, puis peinte par les enfants avec l’aide de Martine et Chantal (deux autres bénévoles).

Ces mascottes ont pris place sur un terrain mis à disposition par la commune à cet effet : le jardin Apischool qui sera ouvert au public au printemps 2019 (le temps de laisser les plantes pousser et les zones de fauche tardive s’exprimer).

Par la même occasion, d’autres aménagements ont été réalisés par les enfants dans une ambiance buissonnière avec un fort engagement des enseignants et l’aide précieuse de nombreux parents bénévoles (des plantations, un talus de terre, une zone sableuse, un buffet recyclé en nichoir à abeilles solitaires, délimitations de zones en prairies de fauche tardive)

Objectif : faire mieux connaître et préserver le monde des abeilles dans leur diversité et dans leur lien spécifique aux plantes.

 

Année 3 : Observatoire et spectacle (2018/2019)

Cette dernière année (encore soutenue par la région) a permis de synthétiser les savoirs acquis et d’en transmettre une partie. 

Chaque classe a créé un support didactique sur le thème de la pollinisation. Les histoires ont été présentées lors du spectacle de fin d’année et sont visibles sur la chaine you tube Apicool.

Un gars une fille, pour présenter la rencontre de la partie mâle et femelle des plantes.

Danse avec les tomates, pour expliquer le lien entre les bourdons et la pollinisation vibratile des tomates.

Les îles flottantes. Le lien entre une abeille et la plante à vanille.

Je veux du chocolat. Un autre insecte pollinisateur.

Avoir la pêche. Quand les expressions s’emmêlent pour un final qui nous amène à faire un choix.

Par ailleurs, le jardin a été exploré de long en large tant du point du vue végétal qu’animal, l’un n’allant pas sans l’autre.

La classe de CP a réalisé le dernier aménagement manquant à savoir une petite mare. 

Et la classe de CM2 a réalisé une fresque abeilles/pollinisation avec l’aide du sculpteur Sylvain Divo. Celle-ci a pris sa place sur le mur sous le préau de l’école.

 

Partager sur Facebook :