Apicool

Autour de l'abeille… imaginez, créez, valorisez !

Etat des cires en France. Interrogations

juillet22

Extrait

« Par sa nature lipophile, la cire peut accumuler également des acaricides, des pesticides et d’autres contaminants apicoles ou environnementaux. Ces molécules sont rémanentes dans la cire et on retrouve-encore aujourd’hui-dans celle-ci du coumaphos dont l’utilisation est pourtant interdite depuis 2002 .

Des études ont montré qu’il existe un niveau de contamination différent selon le type de cire : les cires de corps seraient les plus fortement contaminées, suivies des cires des hausses et des cires d’opercules (Tsigouri et al. 2003 ; Persano et al. 2003). Concernant la santé des colonies, la présence de cires fortement contaminées par des pesticides au contact du couvain a un effet néfaste sur le développement de la larve et la longévité de l’abeille (Wu, Anelli, et Sheppard 2011) et l’exposition chronique de reines à des cires contaminées par du coumaphos à hauteur de 100 mg/kg empêche leur développement (Collins et al. 2004).  »

Aucune des propositions n’est « laisser les abeilles construire librement en acceptant moins de production ».

Ceux qui m’affirment que les acaricides de traitement du varroa ne circulent pas dans la ruche me laissent étrangement dubitatives.

Lien vers l’article complet ISTAP Institut de l’abeille, Etat des lieux sur les cires à usages apicoles en France

Lien vers article Cires gaufrées ou cires naturelles

 

 

.