• Les catt’mômes et les abeilles

    2 jours dédiés aux abeilles avec les Catt’mômes, de très beaux moments.

    Une première journée avec les petits : conte Les abeilles magiciennes suivi d’ateliers (course de pollen et fresque de fleurs à la peinture au chou). Le centre dispose d’un très joli jardin entretenu par des bénévoles à la fois potager et fleuri qui nous a permis de rendre visite aux abeilles en vrai (ce qu’on ne peut pas faire sur un gazon tondu). Sur un des carrés, les enfants ont semé des graines de sainfoin car aussi petits soient-ils, ils l’ont bien compris, pas d’abeilles sans fleurs.

    ça donnera ça l’année prochaine

    Une autre journée avec les plus grands en petits groupes. On a commencé par regarder le film Céleste et les abeilles en s’arrêtant en particulier sur les abeilles solitaires et leurs petits tunnels pour nidifier. Puis on est passé à la pratique : remplissage d’un buffet nichoir et plantations de vivaces (romarins, bugle rampant, thym, sarriette, sédums, …), le gîte et le couvert pour les abeilles, l’un n’allant pas sans l’autre. Un panneau a finalement été posé sur le lieu à titre pédagogique.

    Un buffet acheté chez Emmaus et recyclé en nichoir

    Et juste avant de repartir, j’ai eu droit à une petite surprise. Une très belle journée pleine d’action et d’espoir.

    Partager sur Facebook :
  • Une cotonnière dans la fenêtre

    Mi-mars, je découvre quelques petits amas de coton dans deux rebords de fenêtres de la maison. J’hésite. S’agit-il de nids d’araignées ou de nids – le bonheur en serait plus grand encore – d’anthidies cotonnières.

    Je n’ose y croire. Je prends une petite boulette de chaque fenêtre et les place sous un abri de verre dans le salon.

    C’est ce jour, mardi 9 juin, qu’une sortie aura lieu : un petit pépère d’anthidie à manchettes (Anthidium manicatum). Je sais donc maintenant qu’il n’y a pas que les osmies qui squattent les fenêtres. L’autre nid semble parasité (j’y vois un tout petit trou).

    Je l’ai posé sur une fleur devant à l’abri. Lorsque le pluie cessera, il pourra s’envoler pour se nourrir et faire son job. Lol.

    Comment aider cette abeille solitaire ? Elle apprécie particulièrement les Stachys ou oreilles d’ours sur lesquelles la femelle va gratter le duvet pour faire ses nids douillets.

    Cette plante peut d’ailleurs servir d’excellent couvre sol sur des endroits très pauvres ou caillouteux comme dans ce cimetière en Belgique où le desherbage a été remplacé intelligemment.

     

     

     

     

    Partager sur Facebook :