Rencontre avec un passionné de bourdons

Direction la frontière Luxembourg-Belgique. Juin 2016. Nous partons rencontrer Jean Habay, un amoureux des abeilles.

Passionné d’insectes depuis son enfance, Jean a du se détourner des abeilles de la ruche pour des raisons d’allergie. Mais pas question de vivre sans les abeilles. Il a donc plongé dans le monde des bourdons qui font également partie du groupe des Apidés*. Cela fait quelques années maintenant qu’il les observe et qu’il développe des colonies de manière tout à fait naturelles non pas pour les vendre mais pour les étudier et mieux les comprendre. Ses ruches, ses belles caisses à vin, de vieux meubles… tout est recyclé en boites à bourdons.

La chose n’est pas si aisée d’ailleurs. Il nous fait part de quelques unes de ses observations pratiques. Impossible par exemple de mettre une reine d’une espèce sur les œufs d’une autre espèce. Dès la naissance des ouvrières, la reine sera non reconnue et mise à mort. Si on souhaite diviser un nid pour le multiplier, il faut le faire à un certain stade.

Les nids des bourdons terrestres sont beaucoup plus populeux. Ils commencent plus tôt en saison et profitent peut être de la flore plus abondante du printemps. Les bourdons des champs ne donnent que des petites colonies.

Jean ramasse également tous les bourdons morts qu’il trouve. Ceci lui permet d’apprendre à les identifier et d’avoir une collection d’espèces à montrer. Il aime à partager sa passion et ses découvertes et n’hésite pas à se rendre dans des écoles pour ce faire. Jean a également accepté de participer à un nos projets (pour juin 2018).

Dans son jardin, il y a forcément beaucoup de fleurs. Il y a aussi un hamac. Le hamac est à coté des nids de bourdons. C’est là qu’il fait la sieste.

 

*Les abeilles appartiennent à la super famille des Apoides. Dans cette super famille, il y a la famille des Apidés dans laquelle on retrouve notamment le genre Apis – l’abeille de la ruche- et le genre Bombus – les bourdons.

Partager sur Facebook :

Laisser un commentaire